Qui va parler pour le Peuple ?

Image

L’opposition ivoirienne est en train d’être détournée d’un volet de son rôle fondamental par le pouvoir et l’opposition tombe dans le panneau et le pouvoir nous gruge en toute quiétude et l’esquisse de société civile est minée par les querelles de leadership.

Qui viendra sauver nous le peuple ?

Depuis l’arrestation de l’ex-président Laurent Gbagbo le 11 avril 2011, il semble que l’opposition à quitté le sentier où le peuple l’attend le plus pour se consacrer intégralement à la lutte pour la libération des camarades détenus.

C’est une lutte qui vaut la peine d’être menée eu égard à la sacralité de la camaraderie qui existe entre militant d’une même cause et que de surcroit cette lutte est aussi comprise comme une lutte pour le respect intégral des droits civils et politiques en Côte d’Ivoire.

Cependant, pendant ce temps, le gouvernement contracte, prend des crédits, passe des marches, construit, rénove, réhabilite, etc. Et cela sans que la moindre opposition qui a un rôle de control par la critique constructive et objective des actions du pouvoir en place fasse entendre sa voix sur ces questions la qui en réalités impactent immédiatement et gravement sur la vie des citoyens lambda.

Un exemple simple serait celui des travaux de réhabilitation des universités pour environs plus de cent millions de nos francs ! L’œuvre livrée est belle et impressionnante, c’est vrai.

Mais, à ce jour peut-on nous dire que cette somme a été totalement et entièrement utilisée pour lesdits travaux ?

Si oui qu’on rende accessible aux citoyens lambda qui serait intéressé le livre des dépenses engagées ou l’on pourrait pister même le prix du moindre clou utilisé dans les travaux – c’est possible ! Car c’est lui qui par ses impôts a permis que l’Etat dispose de ces sommes pour faire ces travaux et on doit lui rendre des comptes en temps réel ; nous n’entendons pas par la cette reddition de comptes devant des représentants du peuple au parlement ; c’est trop long, souvent floue entendu et pas fiable en cela que les gens auraient eu le temps de camoufler les éventuelles malversations !

Cela est d’autant plus nécessaire qu’un haut responsable impliqué dans l’administration des fonds de ce chantier a été débarqué sous suspicion de malversations dans la passation des marchés.

Bref, c’était donc à l’opposition de ramener ce type de débats afin de mettre la pression sur les gouvernants de sorte qu’on aille de plus en plus vers une nécessite et un reflexe de transparence dans la dépense publique !

En l’absence de cela, le peuple est livré à lui-même et regarde des hommes tirés à quatre épingles venir leur dire que telle ou telle chantier a coûter un montant global de centaines de milliards sans autres explications ni soucis de rendre disponible aux fins de vérification le tracé des dépenses.

Avec ça on veut que les commerçants affichent leur prix !

L’idée serait donc que désormais, l’opposition se mette aussi à regarder de près les mouvements de fonds dans les actions gouvernementales !

Hélas, elle ne le fait pas ou ne l’a pas encore commencé réellement et chose plus grave, le semblant de société civile qu’on a est incapable de remplir le vacuum  parce qu’elle-même est minée par des querelles intestines due à l’infiltration subtile des politiques en son sein. Actuellement cette société civile n’arrive même pas à avoir le consensus autour du choix de ses responsables !

Qui va donc sauver le peuple livré au bon vouloir du pouvoir, de l’opposition et de la société civile ?

Ne me parlez pas de la presse qui elle a choisit de poursuivre un autre agenda vacillant au gré des variantes politiques en oubliant que c’est ce même peuple qui lui permet de vivre en casquant ses maigres gains à la recherche journalière de l’information à même de faire pointer à l’horizons le parfum de jours meilleurs.

2015 est pour bientôt et le peuple souhaiterait avoir des débats contradictoires constructifs basés sur des faits réels et une analyse profonde de l’action gouvernementale dans sa totalité.