Death penalty: Is The Gambia a retentionist or an abolitionist state?

What proactive arguments against Gambia’s execution of all in its death row?

Image

On the 26th August 2012, at the occasion of the celebration of Eid, the Gambian leader has decided to apply to the letter the death penalty in a view to curb the upsurge in criminality in The Gambia.

His declaration was followed by condemnations from all over the world calling The Gambia to renounce to this grave decision as it has been now three decades that no death sentence was implemented.

However, surprisingly, on the 27th August 2012, a release from the ministry of interior informed the national and international community that nine of those in death row have been executed.

The shocking new prompted condemnations and strong warnings from the international community including the African Union, the European Union, the United States of America, Senegal which has two of its citizens among the executed persons and a third one who is still in the death row.

Human rights bodies also strongly condemned the executions as the United Nations Special Rapporteur on extrajudicial, summary or arbitrary executions urged The Gambia to refrain executing the remaining 38 persons in death row according to reports. The African Commission on Human and Peoples’ Rights which is hosted by The Gambia did so equally.

The question arising from the confrontation between the executions carried by The Gambia and the condemnations it sparked is as follows: is The Gambia authorised by international law to carry out death sentences? Or has The Gambia violated international law in carrying to the letter the death sentence?

The answer to this question will nourish the appropriate arguments against the move of The Gambia in the implementation of the capital punishment.

Image

Apparent inexistence of an international law formal prohibition on The Gambia to carry out death penalty

The first point is that none of the international human rights treaties ratified by The Gambia explicitly forbids the implementation of the death sentence and the country is not among the six African states parties to the Second Optional Protocol to the International Covenant on Civil and Political Rights aiming at the Abolition of the Death Penalty.

Equally, relevant treaties ratified by The Gambia such as the International Covenant on Civil and Political Rights (article 6), the African Charter on Human and Peoples’ Rights (article 4) though recognising the sacredness of life, do not expressly provide for the outlawing of the death penalty.

These instruments only state that the deprivation of the right to life shall not be arbitrary. Meaning that lawful deprivation of the right to life is permitted and the International Covenant on Civil and Political Rights elaborates more on the conditions of application of the death penalty in subsections 2 to 5 of its article 6.

The conditions are namely that the death sentence is carried as a result of a final judgement rendered by a competent court on the basis of a law in force and which criminalises and punishes most serious crimes at the time of the commission. Additionally, that law should not be contrary to the provisions of the present Covenant and to the Convention on the Prevention and Punishment of the Crime of Genocide. Also, there are provisions for anyone sentenced to death to “have the right to seek pardon or commutation of the sentence” and “amnesty, pardon or commutation of the sentence of death may be granted in all cases”.

At this point, the argument of saying that The Gambia is violating international human rights treaties that protect the right to life and associated rights is pointless and cannot stand strong in the fight to halt the executions in The Gambia because it is the constitution of this country (section 18) and its criminal laws that provide for the death penalty.

However, one can look closely at elements like the deeds of The Gambia as regards to the issue of death penalty over the years to establish that the point of The Gambian government arguing that The Gambia is clearly a retentionist state is not obvious as the government of The Gambia pretends it is.

Image

The Gambia more likely a favorable to the abolitionist ideology

In fact, the abolitionist past of The Gambia, its current constitution as well as the positions of The Gambia in international law during the past twenty years are among other elements critical issues to look at closely in a view to mitigate or even establish that The Gambia is an abolitionist state or at least is currently not clear about what position to have on the death penalty; therefore, not prepared to carry out executions in these state of affairs.

History informs that The Gambia has applied the death penalty from its independence in 1965 to 1981 when Dawda Jawara former president abolished the capital punishment. The death sentence was then reinstatement in 1995 with the arrival to power of Jammeh who overthrown Jawara.

The reinstatement was subsequently done formally in the 1997 constitution of The Gambia which provides for the death penalty at its section 18 with subsection 3 stating as follow “The National Assembly shall within ten years from the date of the coming into force of this Constitution review the desirability or otherwise of the total abolition of the death penalty in The Gambia”.

The point is that these provisions clearly inform on the idea that the intention of the constitution, the intention of Gambians expressed in this constitution was not definitively established on keeping forever the death penalty in their legal framework; that is why the constitution states that after a period of ten years of existence, the people of The Gambia through its representatives at the national assembly will have to question the desirability or not of the death penalty.

It is to note that this has not been done in 2007 when the constitution turned ten and one can assert without doubt that The Gambia does not have a position on the death penalty if it is to stick with the constitution because the validity of the death penalty provided in the constitution has expired.

Consequently, no death sentence should have been pronounced or carried since 2007 pending the answer of the national assembly on the desirability of the death sentence. So, in such circumstances, it suffices not that the president decides to implement death sentence provided in the constitution for it to be legal because this is a partial reading of the constitution and there comes the inoperativeness of the argument of The Gambia purporting that the country is just applying the constitution and its laws by carrying the death sentence.

In fact, for an irreversible punishment like the death sentence, states that intend to utilize it must demonstrate their total abidingness to law to avoid the possibility to violate the rights of the accused. Obviously, The Gambia cannot demonstrate this law-abidingness guaranteeing fair trial and all measures to safeguard the rights of the accused because if the government and the state apparatus do not respect to the letter constitutional provisions.

As regards to Gambia’s position in international law these last decades, it appears that the country is closer to the abolitionist ideology than the retentionist one.

In fact, put aside the de facto moratorium on death penalty of up to two decades, it happened that the position of The Gambia evolved throughout years on the issue of the death penalty.

For instance, while in 2007 The Gambia voted against the United Nations General Assembly‘s first Resolution (62/149) relative to a Moratorium on the use of the death penalty, it abstained in 2008 at the adoption of Resolution 63/168 and in 2010 voted[1] for Resolution 65/206 all relative to a Moratorium on the use of the death penalty. In the same vein, let recall that The Gambia has ratified the Rome Statute since 28 June 2002 and the judicial body established by the statute to prosecute and punish the most horrible crimes on earth does not provide for death sentence for those culprit of these crimes.

Therefore, it is inconsistent that The Gambia ratifies such a treaty and applies the death penalty and it shows fundamentally the penchant of the country for the abolitionist ideology.

Moreover, The Gambia declared proudly during its universal periodic review that though it has the death penalty in its statue books, it does not actually implement the death sentence.

In addition to this, one can remind that The Gambia is driven by an ideology of human rights since its independence to the extent that it hosts the African human rights primary monitoring body (The African Commission on Human and Peoples’ Rights) since its creation.

All these cannot be hidden or ignored even if since the seizure of power by Jammeh the country ranks among states with poorest human rights records; yet, a country leadership’s reluctance to human rights could impact on the human rights records of that country but cannot destroy the fact that the people of that country are profoundly rooted in human rights promotion and defence.

At this stage, it will be pointless in the case of the stance taken by the Gambian leader to try to develop arguments emotionally driven like the ruthless of the death penalty or the theory of the outlawing of the death penalty.

Image

A proactive posture is to demonstrate that according to law, Jammeh and The Gambia cannot be given the privilege to carry out such irreversible sentences as long as the country and its leaders will not strictly respect their own law and freely accepted international obligations, as long as the judiciary will be so weak to ensure the proper application of law and the protection of the rights of the accused.

Actually, the people of The Gambia should be questioned as whether to implement the death sentence or not before any irreversible action is taken!

Finally, is a call for a better structuring of the response to the grave backward-looking move adopted by The Gambia and a strong position from all stakeholders to prevent further carrying of death sentences in The Gambia till the material and legal conditions are reunited to do so without causing irreparable harm.

Dakar 30/08/2012

Bruno Menzan


[1] Though after the vote, the representative of The Gambia insisted that The Gambia’s vote was meant to be an abstention, it is a proof of how unclear and unestablished is the position of The Gambia on death penalty. As it is, the trends require that no execution be carried till the people of The Gambia decide clearly where they stand as regards to death penalty.

Poème : Farce sanguinolente

A l’appel de l’humanité humaine la même rengaine

Nous en sommes l’écho le plus symétrique

Allez dire de telles belles éhontées choses aux peuples à la traine

Eux sont la terre ou poussent sur l’humus de la couardise vos zèles rendus dithyrambiques

Peuples fermentés dans les tréfonds de la vénération absolue du souverain rendu aux hommes par l’Esprit

Triste est de vous voir ainsi saisi aux cotes et au souffle de l’équilibre tutélaire

Malins enfants choyés pour servir l’ingratitude à la bonté qui a couvé vos souffles alors en dépit

Vous voilà trainant le grabat empestant vos indélicatesses somnambuliques vers l’éclipse solaire

Perdez vos Peuples pour vos gloires irriguées au nombrilisme

Nourrissez-vous de la détresse blafarde à la balafre architecturée de vos mains diaboliquement habiles

Allez aux banquets où l’on moque avec vous bouffon par excellence la faim de vos Peuples saignés au capitalisme

Accomplissez dans votre rôle d’amuseur qui se plait à plaire son complexe l’acte vile

Donnez votre mère en pute pour le prix du spectacle dont vous êtes l’attraction maitre

Sodomisez vos fils pour les purifier à la veille de l’ultime consécration

Allez avec nos greniers doter vos épouses nouvelles marâtres

Chassez vos filles indignes qui portent le sang de la nation

Fuyez le Peuple pour son bien

Humiliez le Peuple pour vos chiens

Tuez le Peuple pour rien

Apportez le si précieux ordre nouveau pour la gloire de l’humanité humanisée

Aussi longtemps que la plèbe reste la plèbe soyez rassérénés

Passez votre chemin quand le sortilège est émoussé

Dakar le 28/08/2012

BM

Poème : la danse macabre des titans

 

Héraclès a pris ses quartiers sur les bords de la lagune Ebrié,

Sur qu’Hercule l’y a rejoint pour l’épopée,

Celle des titans qui se battent pour une victoire à la Pyrrhus

Allez cognez-vous à rompre prépuce

Sure qu’au terme de vos joutes ensanglantées

La pomme de discorde, la dulcinée violée de votre brutalité

Tombera dans les bras morts du rescapé

Et que ses voluptueuses lèvres au gout du sang de vos sueurs

Et que ses générosités corporelles noieront vos douleurs

Car vous n’avez d’yeux et de cœur qu’à prendre sans offrir

Qui fera donc l’offrande capitale à la mère martyre ?

 L’un est parti chercher le sommeil flatteur

L’autre a honteusement passé sa queue entre les jambes évitant le malheur

 Aux enfants de la providence on laisse la providence prendre soins des cœurs saignés

Aux femmes malaxées, aux âmes abusées

On offre le dernier souffle haletant du bouc émissaire puant de sa matrice naturelle

Allez dansons aux sons alternant le même tempo dans la mélodie qui plait forcement aux ouïes musicalement pucelles

Que les rejetons du ciel ne se fatiguent point

On leur offre gracieusement la débrouille

Qui viendra de leurs besoins prendre soins

A la fin, qu’on ne pointe point du doigt ceux qui ont eu des couilles !  

 

 

 

Coups de gueule : On a Tous tué le gardien des caïmans de Yamoussoukro comme on a tous foutu notre pays dans la merde !

 

Image

Avant tout propos il faille que nous nous inclinions avec respect devant la mémoire du regretté vieux Dicko Toké qui a malheureusement éteint son dernier souffle tué par des sauriens qu’il a passe sa vie à entretenir et maintenir en vie. Nos condoléances les plus attristées vont à l’ endroit de ses proches et de tous ceux qui le connaissaient. Dieu ait son âme !

Passé ce rituel, il y’a lieu de se questionner et de donner quelques coups de gueule en relation à cet incident triste mais qui pouvait être évité en lieu et place de rabâcher les oreilles des gens avec la stupide réplique « c’était son destin ! C’est le destin ! ».

Ainsi, le vieil homme a selon les témoignages de ses collaborateurs « élèves maîtres caïmans » accepté de descendre dans l’antre des sauriens pour une démonstration moyennant la somme insignifiante et ridicule – 3000 FCFA – moins de 5 Euros (si l’on s’en tient au fait qu’il ait payé de sa vie contre cette somme ; sinon c’est effectivement une manne importante par ces temps de récession et de vaches maigres au pays !)

Mais diantre ! Que diable fait-on avec tous les gains directs et indirects que rapportaient le Lac aux caïmans de par sa nature d’attraction touristique? Vous voyez la pauvreté choquante apparente dans laquelle vivait celui qui entretenait ces sauriens là? En effet des images de la télévision ivoirienne RT1 diffusées ce mercredi au journal de 20h ont offert aux spectateurs que nous sommes le décor pathétique et misérable dans lequel vivait depuis des décennies ce monsieur qui pourtant est un maillon essentiel de tout le symbole touristique de Yamoussoukro notre capitale avec ses célèbres caïmans indétachables de l’histoire de la ville, du pays ; eux-mêmes consubstantiels à l’histoire d’un grand nom de notre histoire générale ; celle du père de la nation Félix Houphouët Boigny à qui on doit beaucoup mais en ce qui concerne particulièrement le sujet de cet article, l’existence de ces sauriens mythiques ayant alimenté de mystérieuses histoires jusqu’à ce jour vivantes dans la mémoire collective !

Sans aucune enquête ou effort, on arrive à affirmer que ce vieux et fidèle serviteur des sauriens qu’était vieux Dicko ne vivait pas dans le luxe – et c’est peu dire – au regard du paysage de misère matérielle que renvoie son habitation avec des flaques d’eau dans la cour ainsi que des murs d’une maison presqu’en ruine où se côtoient nombres d’individus dont certains se précipitent dans des cuisines de fortune en bois comme pour fuir l’œil du monde sur la demeure du « célèbre maître caïman de Yamoussoukro ».

Que diable aurait pu pousser ce vieil homme à accepter une énième mais malheureusement fatale démonstration pour des touristes si ce n’est la nécessité de trouver là un peu d’argent pour la pitance des siens ?

On ne saurait avancer la cupidité si l’on rappelle en mémoire les images de ses conditions de vie apparemment misérables.

Alors, demandons-nous si le vieux serviteur des caïmans et du tourisme ivoirien était suffisamment rémunéré pour compenser les risques et la valeur se son travail? Si oui pourquoi il  réclamerait souventes fois 1000 FCFA et au delà pour risquer sa vie selon les habitués de ce lieu touristique?

Pour les autorités de la ville qui déplorent cet incident, ils n’étaient pas du tout d’accord que le vieil homme s’adonne à cette tendance à descendre dans l’antre des sauriens à la demande des touristes et moyennant pécules.

Cependant, combien touchait mensuellement ce vieil homme pour son travail aussi dangereux et utile qui procure des revenus non négligeables à la ville de Yamoussoukro ?

Cette position des autorités était-elle accompagnée d’actes concrets pour empêcher la répétition de cet acte dangereux du vieil homme ?

C’est le lieu de tirer une énième fois la sonnette d’alarme sur la façon dont les choses sont gérées en Côte d’Ivoire depuis des décennies et avec la grave crise que nous avons vécue, s’est empirée cette situation de fuite de responsabilités, de peu d’attachement aux valeurs ainsi que le gout effréné pour l’argent facile au détriment de celui acquis par mérite, abnégation, sacrifice, travail, etc.

 Alors, il va falloir en finir avec ces agissements et remettre le peuple ivoirien au travail valorisant où les individus se réjouissent de gagner honnêtement leur vie et selon leurs capacités réelles. Cela va réduire la frustration de la masse qui regarde depuis des années des parvenus se sucrer sur leur dos et en plus les narguer de leur bombances insolentes puisque incapables de connaitre la valeur réelle des choses.

 Il va falloir dire, enseigner, inculquer clairement et fermement à nos enfants que tel ou tel acte n’est pas bon et n’est pas honorable même si tel ou tel autre célèbre figure politique ou artistique est parvenue à se hisser au sommet par lesdits moyens répréhensibles à abhorrer.

En attendant cette aube nouvelle d’une nation qui s’est retrouvée avec tous ses fils et filles y compris les bons et les mauvais, il faille que chacun de nous entame sa propre repentance en abandonnant les sentiers sinueux du mensonge gratuit, de la malice, de la haine, de la tricherie et du gout effréné illégitime pour la richesse matérielle, etc.

On a tous tué Vieux Dicko, comme on a tous foutu notre pays dans la turpitude, c’est donc à nous tous de le sortir du tourment et de permettre que vieux Dicko repose en paix en n’abandonnant pas sa famille qui plus est privée avec sa mort tragique d’une source maigre mais vitale de revenus !

Sinon, à Yamoussoukro, l’heure est au questionnement des esprits du lac !

FRATERNELLEMENT!

BM

Allons-nous apprendre à vivre ensemble comme des frères ou mourrir ensemble comme des idiots?

Quelques lignes pour coucher mon humble réflexion sur les événements tristes que vit la Côte d’Ivoire ces dernières semaines avec les attaques à répétitions des positions des forces de sécurité de ce pays.

Il n’y’a pas de doute, il y’a problème dans l’appareil sécuritaire ivoirien et des analyses ont donné leur lecture de ces défaillances. Et si l’on creuse bien on saura que le mal n’est pas aussi superficiel et systématique comme les sécurocrates le présentent à la nation.

Prenant note de toutes ces analyses, il faut aller au-delà et poser la question des moyens de faire retrouver la paix et la stabilité à ce pays au potentiel énorme.

Cela dit, loin de chercher des solutions de fuite en avant en se renfermant uniquement dans une logique de traque des présumés auteurs de ces actes odieux, il faut tenir compte de certaines réalités comme le fait que la paix n’est pas au bout de la répression; elle est une résultante d’une tranquillité psychologique et morale d’abord. S’il y a des manifestations de violence, c’est que quelque part, il y a eu absence de plateforme d’expression pacifique des revendications (fussent-elles légitimes ou illégitimes). Car en réalité, il ne faut pas qu’un pouvoir considère que la vérité est à sens unique et censure systématiquement toute opinion ou expression divergente sans prendre le temps d’écouter, analyser et enfin expliquer par la démonstration argumentée à la partie adverse les imperfections dans la façon de présenter les choses. En sus, il faut proposer des alternatives sérieuses à l’autre car tenez vous bien ce n’est pas l’opposition qui a principalement en charge la vie et le bien être des populations…

Ainsi, il faille que les tenants du pouvoir et en premier lieu le président Alassane Ouattara puissent se détacher du lot comme sa fonction noble le demande pour rechercher l’idéal, les valeurs et l’âme de notre pays.

En effet, un pays se mobilise autour de valeurs, d’idéaux et de caractéristiques qui sont comme l’ADN chez l’être humain; à la différence que chez l’être humain il n’y’a pratiquement pas de possibilité de réécrire cette matrice naturelle, au niveau d’un pays, il est possible de par la volonté des êtres humains qui l’habitent de trouver, déterminer et écrire la matrice caractérielle du pays.

Par conséquent, il faut que le pole d’impulsion de cette œuvre difficile et titanesque mais exaltante soit le président de la république de cet Etat en ce que la tendance a bien voulu que cette personne soit placée en position de cristalliser toutes les énergies des diverses couches de la société afin d’en faire un cocktail approchant au maximum le résumé des aspirations des individus dans cet Etat.

Où est l’âme de la Côte d’ivoire ? Qui peut dégager clairement ce qui est cher à notre pays en l’état actuel des choses ? En quoi reconnait-on un ivoirien en réalité ? Ne me parlez pas de ces « égoutteries » que sont les concepts vicieux de danse ou de vie nocturne pervertis ou encore moins de ce lien absurde à la violence en ce qu’elle a fait des héros et/ou crésus, etc.…C’est pas ça la Côte d’Ivoire, elle est ailleurs, elle est dans la beauté d’esprit et la force d’amour que l’on pourrait inculquer aux jeunes, aux modèles puristes qu’ils pourraient avoir et surtout elle trouvera son salut dans le fait d’assumer que les décennies dernières, nous avons eu tous autant que nous sommes des comportements que les jeunes générations doivent bannir…il nous faut chasser nos démons !!!…faire notre catharsis pour permettre la naissance d’une aube neuve et pure où nos enfants regarderons avec fierté la façon dont nous avons pu rompre avec nos démons et non comment nos démons nous ont rompu pour contaminer nos enfants !

Ce qu’il reste donc à faire au président ivoirien actuel est de se débarrasser de son manteau de leader d’une chapèle politique et ou régionale ou culturelle pour épouser et incarner toute la diversité ivoirienne afin que même ceux qui n’ont pas casqué de votes en sa faveur ou même qui nourriraient une animosité apparente ou réelle puissent découvrir dans la direction que prend la gestion du pays, la prises en compte de leurs inquiétudes. Le “que deviendrons-nous?” est une perpétuelle question légitime qui doit trouver sa réponse dans le programme d’action et les promesses de la gouvernance d’un pays ! Là réside l’idée du bien commun à préserver même au prix de la vie…on pourrait prendre en l’espèce conseil chez les managers d’entreprises !

La situation que nous vivons depuis des décennies maintenant doit prendre fin et n’est rien d’autre que la transposition de la lutte continue, perpétuelle des êtres humains pour le contrôle des ressources et de la richesse pour la vie, la survie ou l’opulence.

Il serait donc opportun de définir et appliquer dès maintenant une stratégie de répartition équitable des ressources du pays afin que la disproportion honteuse à laquelle on assiste depuis des décennies cesse. Il est inconcevable que les poubelles de Cocody puent les homards défraichis pendant que celles d’Abobo, Adjouffou et Adjoumanibango n’aient pas d’odeur parce que vides de la pauvreté des pères et mères au regards plongés dans la providence divine qui pourtant a « gâté » la Cote d’Ivoire en terres fertiles, or diamants, pétrole, intelligence, etc.

Cela commence par la mise à l’écart de l’arrogance politique et le ton des discours; parce qu’un adversaire battu n’est jamais un ennemi que quand il est humilié et retiré de toutes compétitions au motif qu’il à une technique de combat aberrante sans pour autant avec humanisme ouvrir une lucarne sur la possibilité de lui offrir l’alternative du recyclage de ses moyens d’apprentissage.

Les hommes passent et les institutions restent, ce qu’il  faut faire est de marquer son temps de façon positive avec une mention spéciale séparée totalement de ce qui a déjà été vu.

Des nations comme l’Afrique du Sud on rebondi des méandres de la haine, de la division, l’Allemagne a quitter le sentier du nazisme et du complexe paroxysmal de supériorité pour revenir à la conjugaison la plus parfaite de l’humilité.

Pourquoi la Côte d’Ivoire ne le ferait pas?

Il suffit de le vouloir; il suffit de regarder autrement les uns et les autres sans ce regard qui est prêt à trouver le démon chez l’autre…

On me répondra que le mal est indubitablement chez l’autre…soit, c’est aussi une réalité que la violence est l’arme des faibles et toutes les études psychanalytiques prouvent que les êtres violents sont en fait en manque d’amour car il n’y’a pas de méchanceté gratuite. Si donc, les autres sont des fous méchants, cela n’implique pas que ceux qui ont la raison et la caution officielle sortie des mécanismes qui délivrent ladite caution, se mettent à leur tour à perdre la raison et à s’engager dans une logique qui va perdre tout le monde parce que la répression aveugle n’a jamais eu raison des idées. C’est avec des idées qu’il faut mener la suite de l’affaire car en l’état actuel des choses il est impossible de vaincre même avec la dernière née des techniques guerrières – ceux qui savent lire l’histoire des grandes nations suivront la logique de ce raisonnement.

Pour finir donc, il ne faut pas se tromper de combat, il s’agit de rassembler les ivoiriens et tous – et les habitants de ce pays autour d’un idéal et de vertus ainsi que principes dégagés ensemble…

Il y’a lieu de convoquer une conférence nationale des forces vives de la nation et de déterminer la marche que souhaite suivre le peuple; il dira a n’en point douter qu’il veut la paix, se nourrir et oublier le cauchemar dans lequel les erreurs et errements des politiques subjectives l’ont plongé.

Alors Monsieur le Président de la République de la Côte d’Ivoire, prenez vos responsabilités et les bonnes pour rassembler tous les fils et filles de ce pays ainsi que ses habitants…soit vous entrez dans l’histoire par la grande porte ou vous faites barrage à l’existence même d’une histoire de ce pays.

En définitive, si monsieur le Président vous décidez ce jour que le pays est sorti du cycle endiablé, il l’est et tout le monde le sait ! Pour ce qui est des personnes qui ne prospèrent que dans le flou absolu et l’anarchie, il va falloir en ce moment vous trouver d’autres gagne-pains.

“Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères sinon nous mourrons ensemble comme des idiots.”

Martin Luther King