Mon Invite à la Jeunesse Ivoirienne et Jeunesse vivant en Côte d’Ivoire

Cela fait des années que ça dure, on a perdu le sens de l’essentiel et des valeurs dans ma belle Côte d’Ivoire.

En tant que jeune parent, j’ai du mal à montrer à ma progéniture la bonne voie, le bon model ou les modèles à émuler. Ne vous y trompez pas, ce n’est point parce que mon esprit a lui-même plongé dans l’implacable impossibilité de séparer le bien et le mal! J’ai encore la chance de savoir que ceci ou cela n’est point adéquat et devrait être fui et écarté comme la peste! J’ai encore cette chance car je ne me suis pas laissé corrompre et assujettir par la tendance générale à la négation totale de la lutte éclaire entre conscience et pulsions!

Alors si je peine à diriger ma descendance vers ces règles et valeurs qui garantissent la continuation de l’humanité, c’est bien parce que partout autour de moi et de ma descendance, les arguments luttent contre ma volonté et offrent l’opposé de ce que j’enseigne et dit à ma progéniture.

Les enfants sont l’Avenir et la Continuite de l’espece humaine…donnons-leur le meilleur a tous points de vue…

J’ai dans ma modeste et petite (en terme de durée) expérience de la vie en Terre d’Eburnie, observé comment les habitants de mon pays ont subtilement mais surement glissé vers la glorification de la force brutale, du mensonge et de la médiocrité pour s’éloigner de l’Honneur, la Noblesse, la Pureté et l’Amour du Prochain…bref de Tout ce qui Nous distingue au-delà du physique, Nous sépare des autres êtres vivants de l’Univers… Ces Idées immatérielles par qui Nous avons pouvoir de disposer des stratégies de  perpétuation de notre espèce et de sauvegarder de notre bien commun.

Hélas ! J’ai découvert un matin (noire à jamais dans mon existence),  j’ai découvert que comme des zombies et des cannibales, mes frères et sœurs ivoiriens et habitants de Cote d’Ivoire s’étaient habitués à la vue de beaucoup de sang et j’ai frémi de stupeur à leur excitation extrême face à la souffrance physique ou morale infligée à un semblable décrété “ennemi”.

Où est votre Humanité?

Les rixes dans les rues sont des épiphénomènes et quand on observe avec quelle excitation hommes, femmes et enfants se précipitant pour savourer la musique macabre des points et coups des “amuseurs” circonstanciels, on déchante de voir tant de plaisir pris dans la souffrance et la déchéance de l’autre…cela sans même prendre conscience qu’une société où le malentendu le plus bénin se règle à la puissance des pectoraux et biceps, est une communauté à tous points égale à celle dédaigneusement appelée « jungle » ou « monde sauvage » ou encore « monde animale ». Serions-nous revenus tant que ça à notre état le plus simple ?

J’ai également, attentivement et plusieurs fois tendu l’oreille (involontairement) aux exclamations de joie de téléspectateurs lançant des hourras aux coups fatals que se portaient les acteurs dans un film…J’ai vu la lueur dans leur yeux, ce n’était pas cette lueur simple du spectateur heureux de la trame d’un film bien fait, mais cette lueur signe extérieur d’une jouissance inavouée en quête d’extériorisation ; et vint le moment…

J’ai aussi suivi avec horreur les bilans sanglants couchés dans des langages militaires des porte-paroles des forces ennemies, ceux-ci rythmant leurs “points de la situation sur les fronts” de poésie meurtrière afin de délecter un public avide de sang dans l’âme et nourri en conséquence…

Je vois comment des personnes de par la seule maitrise de l’art de la violence aveugle  sont portées en héros des temps modernes de mon pays et constituent la coqueluche des populations adultes comme jeunes qui ont trouvé leurs modèles types à imiter au risque de manqué le train de la « Côte d’Ivoire en construction ».

Je regarde encore autour de moi et je me lamente intérieurement de voir l’admiration que la jeunesse et les adolescents en particulier ont pour ces scélérats des temps de la technologie communément désignés sous le vocable “brouteurs”…

Je connais des medias friands de travailleurs aux plumes, micro et cameras aussi habilement maniés que les auteurs d’actes de violence outrageante  servis aux consommateurs parmi lesquels se recrutent par millions des futurs réinventeurs de ces scènes mais en pire. Ce sont eux également qui salissent ou blanchissent au gré de leurs intérêts des gens  qui par un hasard heureux ou malheureux sont portés sous les feux de l’actualité. Ce sont eux également qui relaient et amplifient le poison verbale que secrètent des personnes dont on absout systématiquement les péchés peu importe leur gravite pour la construction de l’objectif à la mode sur les bords de la lagune Ebrié.

Je me penche enfin sur la toile et les réseaux sociaux pour découvrir avec stupeur  et me morfondre de plus bel de la cruauté des êtres humains dans mon pays la Cote d’Ivoire…Quand je parcours certains commentaires d’articles de presse ou de l’actualité, je tombe des nues et je me désole de voir comment des êtres humains ont pu ainsi perdre leur humanité…Je ne ferais point le compte de ce que mes pauvres yeux ont porté à mon cerveau à travers les lignes couchées sur le virtuel ; c’est simplement inhumain et je vous invite vous les auteurs de ces inimitiés et ignominies, à vous revoir de fond en comble afin de découvrir à quel moment de la vie vous avez ainsi basculé dans l’intolérance et la violence absolue…la violence n’est point que physique ; elle est toute une organisation consciente ou inconsciente visant à faire souffrir.

Je me demande comment on compte vivre dans un environnement qu’on pollue à longueur de journée de par sa parole, de par ses énergies négatives et autres sentiments mauvais générés? C’est à croire que nous avons décidé de mourir ensemble bêtement au lieu de nous sauver tous ensemble…

Mon appel au terme de ces constatations est à l’endroit de tout un chacun de nous afin de marquer un arrêt et de demander ce qu’il peut faire à son humble niveau pour éviter le naufrage collectif dont tout le monde est cependant conscient…

J’en appelle plus spécifiquement à la Jeunesse, ne laissons pas nos aînés pourrir Notre Future, nous avons droit à la vie dans des conditions heureuses et saines dépourvues de haine et de médisance ou a défaut, un environnement vital où la haine et les conflits sont jugulés et traités avec responsabilité sans méthodes constitutives elles-mêmes de menaces inévitables à la quiétude collective et donc à la destruction programmée de l’ensemble.  J’ai émis l’idée du rapport gains-actions avant toute entreprise humaine ; pour faire plus pratique, j’invite par cette technique simple mais combien salvatrice, j’invite tout être humain et particulièrement les habitants de la Côte d’Ivoire à prendre le temps de mesurer, évaluer les potentiels ou réels retombées de chacune de leurs actions avant de se lancer dans la dynamique de la matérialisation de celles-ci. Cette évaluation doit absolument garder au cœur du débat, la survie et la continuation paisible de la communauté des êtres humains que nous formons.

Oui ! Jeunes, parce que  Nous avons encore la chance de construire quelque chose de potable pour notre descendance qui sera fière de nous et même si nos prédécesseurs ne nous ont pas gâté en nous orientant vers l’aliénation mentale à la dépendance politique par la limitation de notre dimension humaine à réfléchir de par-nous-mêmes et à créer le monde que nous voulons pour nous et pour nos enfants, Nous devons dire NON a leur querelle de clochers! Prenons-nous la main et éloignons-nous du discours vieux de décennies qui nous a conduit dans ce gouffre…Ne nous laissons par corrompre par l’avant-garde déclinante d’aînés incapables jusqu’ici de régler leurs contradictions pour offrir à Nous leurs enfants ce monde qu’eux ont reçu beau et gracieusement de leurs aînés à eux. N’entendez point par ceci une révolte généralisée contre tous les aînés ; bien parmi eux sont pour nous source d’inspiration et adjuvants.

C’est vrai, beaucoup de mal a été fait, des souffrances inimaginables et impossible à réparer même par le sang des bourreaux, cependant, la victoire de toutes les victimes se trouve dans la capacité à dépasser ce passé douloureux et parier sur l’avenir et cela ne peut se faire que par la capacité à se débarrasser totalement de la haine vouée au bourreau; je ne demande point que l’on embrasse ces derniers…juste que l’on empêche que le souvenir du mal causé puisse pourrir à jamais le reste de notre vie.

Choisissons la bonne option je vous en supplie; je souhaite que ma descendance puisse vivre loin de la médiocrité, de la méfiance, etc.

Ai-je droit à ceci ou à cela ? Est-il juste d’agir comme je le fais ? Etc, etc, questionnement utile et nécessaire à la direction nouvelle de nos vies…

On aura beau confier notre sort a Dieu, il demeurera toujours à faire notre part pour quitter le sentier épineux emprunter il y’a maintenant des décennies…

Je pense donc que si réellement on veut résoudre le problème de notre pays, on le peut et on arrêtera de déplacer les questions et se rejeter mutuellement de façon irresponsable la genèse de l’affaire !

Moi je mise et parie sur la Jeunesse grosse victime et actrice de ces moments de tourments…Notre future c’est à nous d’en décider ! Maintenant !